Corot

Camille Corot
Paris, 1796 - 1875
  



Autoportrait, Paris, Musée du Louvre, 1825 (cliché GW).



Cette page, quelque peu sommaire, réalisée par le spécialiste universitaire du peintre, permet néanmoins de trouver l'essentiel des connaissances réunies à ce jour sur cet artiste.

Expositions récentes
2013-2014
Douai, Musée de la Chartreuse.
Carcassonne, Musée des Beaux-Arts.

Botte (Marie-Paule), Nathalie Michel-Szelechowska, Gérard de Wallens, sous la dir. conjointe de), Corot dans la lumière du Nord, Douai, Musée de la Chartreuse, Carcassonne, Musée des Beaux-Arts, 2013, 287 p.
Ce catalogue de l’exposition présentée à Douai puis à Carcassonne étudie l’intérêt de Camille Corot pour les paysages du Nord de la France, à partir de 1851 et les artistes arrageois et du Douaisis. Pendant vingt-trois ans, il se rend presque chaque année dans cette région. Il y éprouve les techniques picturales et graphiques à de nouvelles lumières et expérimente des procédés nouveaux. Les liens amicaux avec la famille Dutilleux sont au cœur de cet intérêt et font l’objet d’une attention particulière, ainsi que son influence sur les peintres de la région. L’exposition et le catalogue sont organisés en sept sections. Il comprend notices, essais et appareil critique.

Pour ma part, outre de nombreuses notices d'œuvres, j'étudie dans ce catalogue quatre aspects de ses nombreux séjours.
 
Alfred Robaut a-t-il livré tous ses secrets ?, dans Corot dans la lumière du Nord, Douai, Musée de la Chartreuse, Carcassonne, Musée des Beaux-Arts, Douai, 2013, p. 200-205.
Alfred Robaut est un personnage central dans l’œuvre et la vie de Corot. Il est l’auteur du premier véritable catalogue raisonné de l’Histoire de l’Art consacré à Corot (publié par Etienne Moreau-Nélaton). Cependant de nombreuses interrogations subsistent sur son rôle exact et d’autres sont apparues au fil du temps sur la façon dont il a rédigé ce catalogue.


Le carnet du voyage de Dutilleux et Corot en Belgique et aux Pays-Bas, dans Corot dans la lumière du Nord, Douai, Musée de la Chartreuse, Carcassonne, Musée des Beaux-Arts, Douai, 2013, p. 180-189.


Corot et Dutilleux voyagent ensemble en Belgique et en Hollande du 29 août au 7 septembre 1854. Etude du voyage, des œuvres et de l’influence de ce voyage sur l’œuvre de Corot.

L’énigme de La route de Sin-Le-Noble près Douai, dans Corot dans la lumière du Nord, Douai, Musée de la Chartreuse, Carcassonne, Musée des Beaux-Arts, Douai, 2013, p. 74-81.
L’étude (collection particulière) et le tableau (Musée du Louvre) sont au cœur d’une légende connue depuis la fin du XIXe siècle, acceptée par tous, mais jamais démontrée. La littérature critique et scientifique s’en sont longtemps servi pour affirmer que le tableau du Louvre a été peint en plein air. Cet article démontre par l’histoarchéométrie que c’est l’étude qui fut peinte sur le motif.

Les faux Corot. Mythe ou réalité ? Un urgent besoin de catalogue scientifique, dans Corot dans la lumière du Nord, Douai, Musée de la Chartreuse, Carcassonne, Musée des Beaux-Arts, Douai, 2013, p. 264-275.
Version française de l’article paru en 2012 en allemand dans le catalogue de l’exposition organisée à Karlsruhe. Il s’agit d’une synthèse de la question des "faux", réalité largement mythifiée qu'il convient de ramener à de plus justes proportions. L'analyse passe en revue l'ensemble des causes de ce phénomène qui ne touche pas plus Corot que ses confrères les plus célèbres. La nécessité de refonte du catalogue scientifique est démontrée, ainsi que l'emploi, pour y parvenir, des méthodes de laboratoire dont la discipline peine à se trouver un nom. Je suggère dans cet article de remplacer le trop long "méthodes de laboratoire pour l'étude des œuvres d'art" ou "l'archéométrie appliquée à la peinture de chevalet" par « Histoarchéométrie », qui a l'avantage de se traduire aisément en anglais par « Histoarcheometry ».


2012-2013
Karlsruhe, Staatliche Kunsthalle.
 
Camille Corot. Natur und Traum, Karlsruhe. Staatliche Kunsthalle. 29 septembre 2012 – 6 janvier 2013.

Bibliographie
L’essentiel de la bibliographie a été publiée dans le catalogue de l’exposition rétrospective de 1996 :
-   Pantazzi (Michael), Vincent Pomarède assisté de Gérard de Wallens, Gary Tinterow assisté de Anne M. P. Norton, Corot (1796-1875). Paris, Galeries Nationales du Grand Palais. Ottawa, Musée des Beaux-Arts du Canada. New York, The Metropolitan Museum of Art, Paris, 1996.
Ce catalogue a été traduit en anglais.

Corot et Barbizon ont été étudiés dans :
-   Pomarède (Vincent) et Gérard de Wallens (sous la dir. de), L'école de Barbizon. Peindre en plein air avant l'impressionnisme. Lyon. Musée des Beaux-Arts. 22 juin - 9 septembre 2002, Lyon, 2002, 319 p.
-   Wallens (Gérard de), La nature avant Barbizon, dans Pomarède (Vincent), Gérard de Wallens (sous la dir.), L'école de Barbizon. Peindre en plein air avant l'impressionnisme. Lyon. Musée des Beaux-Arts. 22 juin - 9 septembre 2002, Lyon, 2002, p. 118-139.
-  Wallens (Gérard de), Une succursale de l'Italie (1810 - 1840), dans Pomarède (Vincent), Gérard de Wallens (sous la dir.), L'école de Barbizon. Peindre en plein air avant l'impressionnisme. Lyon. Musée des Beaux-Arts. 22 juin - 9 septembre 2002, Lyon, 2002, p. 140-173.

Quelques aspects particuliers
Les motivations de Corot sont mal connues. Il ne semble pas avoir voulu, si l'on examine son œuvre, délivrer de "message" social, politique ou culturel particulier. Il s'est en outre peu exprimé lui-même sur cette question, à l'exception d'une seule fois, où le moteur de sa passion semble clairement exprimée :
-   Wallens (Gérard de), Corot expliqué par Corot ou comment convertir au bien par la peinture, dans La Revue des Archéologues, Historiens de l'Art et Musicologues de l'Université de Louvain. t. I. (2003), Louvain-La-Neuve, 2004.

Corot a longtemps été décrit comme un autodidacte, prodigieux "miracle" sorti de néant, sans formation particulière et connaissant peu les grands peintres du passé. La découverte de son inscription parmi les copistes agréés du Louvre, contribue grandement à démontrer le contraire :
-   Wallens (Gérard de), Corot as a copyst at the Louvre, and new evidence on his technique, dans The Burlington Magazine, Londres, novembre 2001, p. 685-686.
-   Wallens (Gérard de), Der Spiegel der Diana. Der Nemisee - Quelle der Inspiration für das Werk von Camille Corot, dans Belvedere. Österreichische Galerie im Belvedere, Vienne, 1999.

-   Pomarède (Vincent), Chiara Stefani, Gérard de Wallens (ouvrage collectif sous la dir. de), Corot, un artiste et son temps. Actes des colloques organisés au Musée du Louvre les 1er et 2 mars 1996 et à l'Académie de France à Rome, Villa Médicis, le 9 mars 1996,  Paris, 1999.

-   Wallens (Gérard de), A la recherche de Camille Corot, dans Pomarède (Vincent), Chiara Stefani, Gérard de Wallens (ouvrage collectif sous la direction de), Corot, un artiste et son temps. Actes des colloques organisés au Musée du Louvre les 1er et 2 mars 1996 et à l'Académie de France à Rome, Villa Médicis, le 9 mars 1996,  Paris, 1999.

-   Wallens (Gérard de), La déclaration de succession de Camille Corot, dans La Revue des Archéologues et Historiens d'Art de Louvain,  Louvain-La-Neuve, 1999.

-   Wallens (Gérard de), Redécouvrir Camille Corot. Bilan de l'exposition du bicentenaire de la naissance de l'artiste, dans La Revue des Archéologues et Historiens d'Art de Louvain, (1997),  Louvain-La-Neuve, 1998.

-   Wallens (Gérard de), La problématique du faux chez Corot dans les paysages de synthèse Franco-Italiens. A propos d'un tableau inconnu, dans La Revue des Archéologues et Historiens d'art de Louvain. XXV, Louvain-La-Neuve, 1992.


Les prédécesseurs
Cette longue litanie pourrait faire croire que la production bibliographique relative à Corot n’est due qu’à deux auteurs. Nous faisons bien naturellement appel dans chacun de ces écrits à nos prédécesseurs, dont certains sont aux origines de la rénovation de la compréhension de ce que fut l’œuvre et la vie de ce grand paysagiste du XIXe siècle. Il faut en premier lieu citer Germain Bazin (Corot, Paris, 1942, 1951 et 1973), qui est également l’auteur dans cet ouvrage, de la première contribution importante à l’étude scientifique des faux. Je lui suis redevable du premier article scientifique publié sur cette question (Le problème de l'authenticité dans l'œuvre de Corot, dans Bulletin du Laboratoire du Musée du Louvre, Paris, 1956, p. 18-48), à l’approfondissement de laquelle Madeleine Hours a également contribué (e. a. : Figures de Corot. Observations et présentation de radiographies exécutées d’après les portraits et compositions du Musée du Louvre, dans Bulletin du Laboratoire du Musée du Louvre. n° 7, Paris, 1962, p. 3-40). 

Germain Bazin est également à l’origine de la première exposition importante sur les figures (avec le concours de Sylvie Béguin, Madeleine Dreyfus-Bruhl, Marie-Thérèse Lemoyne de ForgesFigures de Corot. Musée du Louvre. Juin-Septembre 1962, Paris, 1962).

Hélène Toussaint a poursuivi ce travail de rénovation dont le fruit, limité aux collections françaises, a été présenté à l’exposition rétrospective de 1975 (avec le concours de Geneviève Monnier, Martine Servot, Hommage à Corot. Peintures et dessins des collections françaises. Orangerie des Tuileries, 6 juin - 29 septembre 1975,  Paris, 1975).

Il a fallu ensuite attendre presque trente ans pour que ces prolégomènes trouvent leur accomplissement dans le travail mené par Peter Galassi sur la période italienne de Corot (Corot en Italie : la peinture de plein-air et la tradition classique, traduit de l'anglais par Jeanne Bouniort, Paris, 1991). Il convient également de citer Michael Clarke (Corot and the art of landscape, Londres, British Museum Press, 1991, 160 p.). Vincent Pomarède a ensuite donné un premier aperçu nouveau sur les relations de Corot et de son premier maître Michallon (Les relations de Michallon et de Corot : l'enseignement du paysage historique et le partage du plein air, dans Vincent Pomarède (sous la dir. de), Blandine Lesage et Chiara Stefani, Achille-Etna Michallon (Les dossiers du Musée du Louvre),  Paris, 1994, p. 156-160).

Parallèlement à l’œuvre de Corot, c’est la conception même de la peinture de paysage en plein-air, et surtout notre compréhension de celle-ci, qui est au cœur de chacun de ces ouvrages et qui a été profondément modifiée et ramenée au plus près de ce qu’elle fut dans l’esprit des concepteurs et des artistes qui la pratiquèrent.

Les auteurs de l’exposition de 1996-1997 ont ensuite appliqué à l’œuvre entière la démarche entamée dans les années cinquante et ont permis de présenter une nouvelle compréhension de l’œuvre et de l’homme. Ainsi apparaît-il aujourd’hui dégagé de sa gangue hagiographique et plus proche du dernier des classiques, que du précurseur des Impressionnistes, position qu’il revendique à plusieurs reprises et de différentes façons.

Outre les deux expositions citées au début de cette page, quatre autres ont depuis 1996 fait le point sur différents aspects de l’œuvre de Corot :
Madrid, 2005 : Corot. Naturaleza. Emocion. Recuerdo, Museo Thyssen-Bornemisza,
Reims, 2009 : De Corot à l’art moderne : souvenirs et variations, Reims. Musée des Beaux-Arts,
Genève, 2010 : Corot en Suisse, Musée Rath,
Winterthur, 2011 : Corot - L'Armoire secrète, Eine Lesende im Kontext,Sammlung Oskar Reinhart.

Signalons enfin que la disparition progressive de tous les spécialistes de cet artiste semble s’arrêter. Notre volonté affichée dès 1996 d’élargir ce cercle particulièrement restreint, et notre travail, a fait une émule : Nathalie Michel-Szelechowska qui réalisé une thèse de doctorat à l’Université Paris IV-Sorbonne sur Corot à Ville-d’Avray.

Biographie
L’essentiel des connaissances est publié dans le catalogue de l’exposition rétrospective de 1996 (voir plus haut). Une version succincte « de poche » est parue dans la collection Découvertes chez Gallimard :
-   Pomarède (Vincent), Gérard de Wallens, Corot. La mémoire du paysage, Paris, 1996.

Les mêmes sont également les auteurs d’une notice de dictionnaire qui n’existe pour l’instant qu’en allemand :
-   Corot, dans Allgemeines Künstlerlexikon. Die Bildenden Künstler aller Zeiten und Völker. vol. 21, Munich - Leipzig, 1999.

Le lecteur très pressé trouvera les très grandes lignes dans :
-   Pomarède (Vincent), Olivier Bonfait, L'ABCdaire de Corot, Paris, 1996.

Les lecteurs plus jeunes n’ont pas été oubliés :
-   Laroche (Caroline), C comme Corot, Paris, 1996.
-   Pomarède (Vincent), Promenades avec Corot (Chercheurs d’art), Paris, 1996.

Deux livres ont également été édités en 1996 :
-    Pomarède (Vincent), Corot, Paris, Flammarion, 1996.
-    Wallens (Gérard de), présentation de Vincent Pomarède, Corot, Paris, Le Chêne- Somogy, 1996.

Une courte, mais complète, biographie a été publiée :
-    Wallens (Gérard de), Corot. La soif inextinguible de peindre, dans Dossier de l'Art. Numéro spécial,  Dijon, mars 1996.

Cet article est intégralement repris dans L'Estampille - L'Objet d'Art, Dijon, mars 1996.

L’exposition rétrospective de 1996-1997 a été l’occasion d’une série de publications dites de vulgarisation :
-   Wallens (Gérard de), Corot. L'homme heureux par excellence (Le Petit Journal des Grandes Expositions), Paris, RMN, 1996 (Guide officiel de l'exposition), 15 p. 26 ill.
-   Wallens (Gérard de), Camille Corot au Grand Palais. Des facettes innombrables, dans Corot, le génie du trait (Cahiers pédagogiques des expositions. Bibliothèque Nationale de France), Paris, 1996.
-   Wallens (Gérard de), Corot. Les essentiels, dans Connaissance des Arts. Numéro spécial, Paris, février 1996.
-   Wallens (Gérard de), Corot : de la réplique au faux, dans Muséart. Numéro spécial, Paris, février 1996.

Il est également question de Corot dans :
-   Pomarède (Vincent), Olivier Meslay, Michel Hilaire, Gérard de Wallens, Elisabeth Foucart-Walter, Paysages d’Italie, dans Dossier de l’art, Dijon, mai 2001.

Enfin, je ne voudrais pas terminer sans citer l’excellente pièce intitulée Corot, écrite par Jacques Mougenot, mise en scène par Jean-Laurent Cochet et jouée souvent à guichets fermés entre 1996 et 2000, à Paris, en province et à l’étranger.

Buste de Corot, Paris, cimetière du Père Lachaise (photo GW).


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire