samedi 9 septembre 2017

L’Art et les Musées ne servent à rien, mais sont essentiels

Museo Nazionale Etrusco, Rome, Villa Giulia, Sarcophage des époux,
VIe siècle avant Jésus-Christ.

Combien de fois ais-je entendu cet apophtegme énoncé doctement avec une conviction ne doutant de rien, pas même de sa propre ignorance : "l’art et les musées ne servent à rien".
C’est incontestable, du moins temporairement, L’Art (sous toutes ses formes) et les Musées ne servent absolument à rien. 



Vienne, Belvedere, salle des Joyaux.
Curieusement, ils sont pourtant essentiels pour vivre, grandir, s’ouvrir au monde, comprendre les autres, le passé, penser l’avenir, créer, travailler, donner du sens à sa vie, sa famille, son travail, accepter l’autre, son voisin, son collègue, l’inconnu, le réfugié, l’immigré, l’automobiliste qui oublie distraitement de me céder le passage, le con d’en face, celui que je vois dans le miroir (c’est parfois le même).

L’Art et les Musées permettent d’imaginer autrement la vie dans la société, la politique, la religion, les religions, les athées, les agnostiques, la recherche scientifique, médicale, sociale, philosophique, l’urbanisme, le monde demain et après-demain.

New York, The Guggenheim Museum.

L’Art et les Musées sont les seules voies pour supprimer la bêtise superficielle et profonde (mais si), la corruption (cancer de la Démocratie), la violence, les guerres, l’inculture souvent terrifiante.
L’Art et les Musées favorisent, suscitent, éduquent l’imagination, le raisonnement, la délectation, le sens du Beau, le rêve.


Représentation d’un homme de Neandertal.
Musée de La Chapelle aux-Saints, photo Bouyssonie.

Sans l’Art et la recherche du Beau, l’Homme et la Femme n’auraient jamais réfléchi sur eux-mêmes, leur présence dans le monde et son sens, la Transcendance, l’au-delà. Les Musées, sous diverses formes, en montrent les plus belles expressions depuis Neandertal et permettent à chacun de construire un monde meilleur, ou moins mauvais.
Neandertal, communément confondu avec un abruti depuis que l’on s’intéresse à la Préhistoire, juste bon à tabasser son voisin et se faire liquider par Cro-Magnon (càd nous), a montré récemment que lui aussi a pensé le monde par l’Art.

L’Homme de Neandertal de la Chapelle-aux-Saints (Lot, 46) fait beaucoup mieux. Il donne aujourd’hui encore, depuis le fond de sa tombe, une formidable leçon de vie, de respect de la vie, de beauté de la vie, malgré ses difficultés ou ses horreurs. Handicapé très probablement depuis sa naissance, il est décédé de mort naturelle entre 50 et 60 ans à une époque où l’espérance de vie tournait autour de 25 ans. Il a été toute sa vie incapable de se déplacer seul, de chasser, de se nourrir et d’alimenter les siens. Trois générations d’hommes et de femmes ont pris soin de lui, l’ont porté lors de leurs nombreux déplacements et l’ont protégé jusqu’à son dernier souffle. Puis l’ont enterré avec un raffinement et un rite qui ne peut se concevoir sans une réflexion sur l’Art et l’art de vivre ensemble et la valeur d’une vie même handicapée.

Aujourd’hui, c’est depuis un musée qu’il nous transmet sa conception néandertalienne de la Vie et de l’Art. Un message âgé d’environ 45 000 ans, mais plus moderne que le dernier tweet. Sa sagesse est si profonde que nous passons presque tous à côté.



La Haye, Maurithuismuseum

L’Art et les musées ne servent à rien, mais nous ne saurions nous en passer sans grands risques pour moi, nous, la société, le monde d’aujourd’hui et de demain, voire même plus loin encore. Une autre chose qui nous manque : voir loin, plus loin que le bout de soi-même ou de son billet perdant du Loto, de ses congés payés, de sa grosse voiture, de son changement de vitesse qui remplace sa virilité en panne, de son [smarte fone] (sic), de la femme d’en face toujours plus belle que la sienne (la mienne est merveilleuse).


Domenico Ghirlandaio (Florence, 1449 - 1494), Portrait d'un vieillard et d'un jeune garçon
vers 1490, 
tempera à l'œuf (?) sur panneau de bois : 62 x  46 cm, 
Paris, Musée du Louvre.

Les Musées et l’Art servent à cela aussi : voir loin, très loin, jamais trop loin.



P. S.
Qualité ou défaut de Neandertal : s’adapter au monde, respecter la vie.
Qualité ou défaut de Cro-magnon (nous) : adapter le monde à lui-même.
Il y a manifestement quelque chose que nous pourrions méditer.

1 commentaire:

  1. wouahhhh ! quel bon article ! Quand j'étais à l'école en Belgique (pensionnaire un an pour "me civiliser" a dit ma chère mère - 1952-1953), je venais du Congo(Belge), européenne vivant en Afrique depuis ma prime jeunesse, nous allions deux fois par mois visiter un musée de Bruxelles. Nous sommes retournés même deux fois dans certains. Nous apprécions grandement ces visites où l'on apprenait plein de choses qui me servent encore maintenant, en 2017... Quelles sont les écoles qui agissent encore ainsi en Europe ?? "c'est trop coûteux, il faut louer un bus, etc".. Ai-je entendu plusieurs fois.. Pour moi, la Culture n'a pas de prix, mais beaucoup de monde n'est pas du même avis !

    RépondreSupprimer