mercredi 14 juin 2017

LAB4ART Un partenariat innovant Université/Privé


Un atelier de restauration de tableaux (ATP) et un laboratoire universitaire (LAMS, Paris 8 UMPC) créent le premier « Laboratoire-Atelier » pour développer la recherche de nouvelles méthodes d’analyse non invasive.
L’objectif est de développer de nouveaux outils et procédés pour renforcer le diagnostic en matière d’attribution et d’authentification. La traçabilité des œuvres et la lutte contre la contrefaçon font également partie du champ de recherche de LAB4ART (prononcez LAB FOR ART). Le contrat d’association est conclu pour trois ans.

mercredi 31 mai 2017

Olivier Masmonteil : nouveau site. Nouvelles perspectives pour la peinture contemporaine ?


Suc au May, O. Masmonteil, huile sur toile, 230 x 250 cm, 2004.

Olivier Masmonteil est un peintre français (1973), formé à l'Ecole des Beaux-Arts de Bordeaux (1996-1999) aux fortes attaches corréziennes.


lundi 19 décembre 2016

Guide des égarés


Pourquoi ne pas offrir un bouquet de fleurs littéraires pour une fois ? Ce petit livre de Jean d’Ormesson se fanera moins vite que la plus belle des roses et pourra même être « utilisé » une deuxième fois, une troisième, …

mardi 29 novembre 2016

Musées royaux bruxellois : On marche sur la tête et plus du tout sur la Lune !

Photo GW


Je croyais avoir tout dit après la parution de mon dernier article (Le bilan de Michel Draguet : pas si simple !). Je pensais avoir définitivement rangé mon clavier tant il n’y a plus rien d’autre à faire, tant la question est devenue strictement communautaire et échappe donc à toute raison.

vendredi 23 septembre 2016

Le bilan de Michel Draguet : pas si simple !


Bruxelles, Métro Mérode, Roger Raveel (1921-2013).

L’avenir des musées royaux bruxellois fait l’objet d’une bataille politico-médiatique depuis quelques semaines. Une fois encore, les enjeux que représentent les musées sont largement relégués au second plan.
Pendant ce temps, musées, personnels scientifique, administratif et technique continuent à donner le maximum de ce qu’ils peuvent, tandis que les bâtiments, tout aussi à bout, se déglinguent depuis longtemps. Les collections pour leur part souffrent, sans pouvoir le manifester. Leur silence n’est pas près d’être entendu.
Tout a été dit sur les arguments avancés. Il ne reste plus qu’à compter les points et espérer que les principaux intéressés finissent un jour par réagir avant qu’il ne soit trop tard. Un curieux sentiment de déjà-vu.

Il est à présent question du bilan de Michel Draguet, Directeur Général des Musées Royaux des Beaux-Ars, mis à mal par la Secrétaire d’Etat en charge des établissements scientifiques fédéraux.


samedi 17 septembre 2016

Culture et musées : actualité étonnante d'un discours prononcé en 1848.

Victor Hugo



Actualité étonnante d'un discours prononcé en 1848 par Victor Hugo. Toute y est : « voilà la mesure exacte de l'économie proposée. »Nous savions que les discours entendu depuis le début de la crise de 2008 étaient éculés et ne visaient qu’à réduire le budget de la Culture à une inépuisable source de variables d'ajustement dont les gouvernements pourraient disposer au gré des besoins d’argent frais.
Un discours prononcé par Victor Hugo à l’Assemblée Nationale, lors de la séance du 11 novembre 1848 décrédibilisent formidablement toutes les fables que l’on tente de nous faire avaler. « Situation tendue », « budget contraint », « allègement des budgets », tout est déjà inventé en 1848, et probablement avant. Les craintes sont exactement les mêmes que celles évoquées sur ce blog et ailleurs.


mardi 5 juillet 2016

Musées royaux bruxellois : questions de droit.


Excellent colloque tenu le 30 avril 1993, à la Fondation Singer-Polignac à Paris.


La NVA veut transformer les musées royaux bruxellois en société anonyme pour leur donner l’autonomie de gestion dont ils ont besoin. Du moins est-ce la motivation affirmée, qui ne trompe plus personne depuis quelques mois.

Certes, je ne suis pas juriste, mais la simple lecture des textes régissant actuellement ces musées, ou l'écoute de leur personnel, permet de se rendre compte que cette autonomie existe déjà et qu’il « suffirait » de les appliquer, sans omettre évidemment de financer ces institutions à hauteur des enjeux. Toutes choses volontairement, ou non, oubliées par tous les gouvernements, tous bords confondus, depuis la fin des années 80 du siècle dernier.